Biodiversité

13 septembre 2019

Cépages anciens en Bourgogne : un conservatoire plein d’avenir !

Cépages anciens en Bourgogne : un conservatoire plein d’avenir !

Comme vous avez pu le lire dans le BIVB Info Spécial Pôle Technique et Qualité du 8 juillet, consacré au matériel végétal (disponible ci-dessous), les conservatoires de la vigne sont très actifs en ce moment. L’inauguration du conservatoire des cépages anciens (jeudi dernier) au Mont Battois montre une réelle collaboration entre ces différents conservatoires : la majorité des 50 cépages plantés (8 pieds par cépage) par le GEST (Groupement d’Etude et de Suivi des Terroirs) au Mont Battois sont issus du Domaine de Vassal de l’INRA dans l’Hérault.

Les objectifs de ce conservatoire sont doubles :

  • Conserver et préserver ces cépages, autrefois cultivés en Bourgogne (certains le sont encore mais en toute petite quantité),
  • Les étudier et évaluer leurs caractéristiques propres (agronomiques et organoleptiques, entre autres), afin de les comparer aux cépages actuellement cultivés.

 

Ces cépages anciens pourraient être un élément de réponse au changement climatique, observé depuis 1988 dans notre région. Certains de ces cépages ont une résistance aux maladies et à la sécheresse plus forte que le Pinot Noir et le Chardonnay. Ainsi, ils pourraient compléter et accompagner les cépages traditionnels bourguignons dans l’évolution du climat : « ce qu’on essaye de faire ici, c’est de ne pas être pris de court » précise Thibault Liger-Belair, vigneron à Nuits-Saint-Georges et président du GEST, « mais il n’est pas question de changer du tout au tout les vins de Bourgogne ! ».